En 2015, soyons pécheurs, nous n’en serons que plus vertueux !

NBS construction amateur en France.

En ce début d’année, toute l’équipe breizhskiff.com vous souhaite une bonne et heureuse année 2015. La santé en premier lieu parce qu’elle est essentielle, la réussite, le bonheur ensuite pour vous et vos proches et bien évidemment de superbes navigations endiablées, en skiff de préférence. Comme on ne saurait bien se projeter dans le futur sans se retourner sur le passé, nous ne pouvons que souhaiter que 2015 soit à la hauteur des succès que nous avons rencontrés en 2014 et que le skiff poursuive son développement en France comme cela a été le cas depuis 2002.

Si l’on dresse en effet un petit bilan de l’année 2014, plusieurs choses remarquables sont à noter :

 La première, c’est que le développement de la communauté des skiffeurs s’est encore poursuivi à un rythme plus soutenu que les années précédentes. 115 nouveaux membres ont ainsi rejoint la communauté web des skiffeurs en 2014.
Alors que cet outil internet communautaire est globalement plutôt en déclin, concurrencé par les réseaux sociaux et leur logique égocentrique et onanique, le forum breizhskiff est toujours aussi dynamique (plus d’une trentaine de messages par jour) et reste de loin le plus actif dans la sphère francophone du web pour parler de voile. Preuve que la communauté que nous formons reste soudée en dépit des inévitables tensions et divergences de points de vue.

logoLa deuxième, c’est que le nouveau site lancé en début d’année 2014 est une réussite saluée par beaucoup d’observateurs avisés du web et du sport. Le lifting a été mené de main de maître en peu de temps par quelques passionnés qu’il faut ici remercier. Le nouveau logo a été la cerise sur le gâteau de cette année 2014.

La troisième c’est que sur le plan sportif, la dynamique a été excellente. Le nombre de coureurs classés au trophée breizhskiff a très largement augmenté cette année et nous place maintenant parmi les plus grosses communautés de voile légère en France. J’aime à rappeler que lors de la première année du trophée en 2003, il n’y avait eu qu’une vingtaine de bateaux classés soit une trentaine de coureurs. Aujourd’hui, nous sommes quasiment 10 fois plus et le nombre de skiffs continue de grossir de manière très régulière et attire de plus en plus de monde. D’occasion ou neuf,s les bateaux se vendent et s’achètent et les prix des skiffs de seconde main sont dorénavant de plus en plus proches de ceux du marché anglais. Si l’on compare ensuite le nombre de personnes ayant navigué sur un skiff et classés dans le classement fédéral de la pratique intersérie de la ffvoile avec les coureurs classés dans le trophée breizhskiff, on s’aperçoit que l’écart est très faible, ce qui illustre le poids et la place centrale de breizhskiff par rapport à l’activité skiff en France.

Copyright CV Sanguinet

Copyright CV Sanguinet

Cette croissance forte s’explique aussi par le fait que la gestion du calendrier a été une fois de plus rigoureuse au niveau national et que la grande zone sud trouve enfin une stabilité avec des épreuves skiff qui sont maintenant bien ancrées après des années de tergiversation. Les régates sont dorénavant connues identifiées et bien balisées. Sans cette stabilité le développement n’aurait pas été aussi fort.
Avec quelques épreuves très fréquentées (le Der, Sanguinet, Carnac), nous rejoignons le club, hélas de plus en plus fermé, des communautés capables de faire au moins deux épreuves à plus de 50 bateaux sur la ligne de départ et le club des classes et pratiques capables d’avoir une dizaine d’épreuves à leur calendrier sans jamais tomber à moins de 20 bateaux départ.

– Enfin, quatrième remarque, breizhskiff a une nouvelle fois été moteur sur le plan des idées pour le développement de la voile mais aussi avec des actions novatrices :
Contrairement à d’autres, nous avons été de plus en plus présents dans les clubs, sur les régates de proximité dont le développement est fondamental pour le sport voile. Les skiffeurs sont moteurs de ce point de vue, que cela soit à travers des logiques de clubs sur des projets intergénérationnels ou à travers des logiques de pratiquants. Pour le dire autrement, le sport en club on y croit plus que ceux qui sont censés le promouvoir…
Sanguinet595En plus de la proximité, nous avons également été moteurs sur la question du coaching. Cela fait des années que nous affirmons que le développement de ce type de services est fondamental pour le développement du sport-voile et, alors que personne ne bouge beaucoup, et que le discours des institutions demeurent dans le registre de l’incantatoire, nous avons continué de développer des actions de coaching. Celle en Rhône-Alpes par exemple est riche de promesses.
Alors que l’arrivée de nouveaux bateaux sur le marché, « nouveaux dériveurs »(RS Aero, D-Zero, Melges14 etc…) qui ne sont pas à proprement parlé des skiffs, laisse envisager des jours heureux (soyons optimistes) pour le renouveau de la voile légère, nous avons été les premiers à porter dans le débat la question du « easy sailing » et de ses déclinaisons en France. Là encore, les institutions restent sourdes à ces débats.

Toujours en 2014, nous avons esquissé la création d’un système de classement individuel à l’image de ce qui se fait au golf. Si certains ont bien rigolé de cette idée comme ils rigolaient il y a 13 ans lorsque nous parlions de la relance de l’intersérie, il est à noter qu’elle est aujourd’hui dans toutes les discussions en Angleterre, notamment dans l’environnement sailracer et sailjuice pour ceux qui connaissent… Autant dire ce que ce n’est pas encore la France qui sera novatrice en la matière mais il est vrai que certains affirment haut et fort n’en avoir rien à f… de ce qui se passe à l’étranger, là où la voile sportive est dynamique…

rs800derTout n’est pas rose pour autant et de nombreuses inquiétudes subsistent pour 2015. En effet, il existe encore des gens pour qui la pratique de proximité n’est pas un enjeu fondamental. Il existe encore des gens qui abhorrent la diversité des bateaux et des formes d’animation. Il existe encore des gens pour qui l’intersérie n’est qu’une pratique par défaut, secondaire et non respectable alors que, en parallèle de la monotypie, du temps réel et de tant d’autres formes d’animation, elle participe à la diversité de notre sport, diversité que beaucoup n’assume paradoxalement pas alors qu’elle est l’essence même de la voile. Il existe encore des gens qui, fort de leurs certitudes et de leur vision de la voile légère héritée d’un autre âge, pratiquent systématiquement les coups tordus, font preuve de malhonnêteté intellectuelle et refusent tout débat quand nous les rencontrons. Il existe encore des gens à qui l’on devrait rappeler les mots de Confucius :

« Lorsque tu fais quelque chose, saches que tu auras contre toi : ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui voulaient le contraire, et l’immense majorité de ceux qui ne voulaient rien faire »

Pour 2015, nous ne pouvons donc que souhaiter que, notamment au niveau fédéral, certains s’engagent, prennent un peu positions sur les débats que nous avons soulevés depuis pas mal de temps. Nous leur conseillons la lecture de cet article et de méditer sa conclusion :

« No one would question that if dinghy racing, as a sport, was to be launched in the modern world, it would start out looking very different to the pursuit that has evolved over the last 70 or so years. Yet that ‘blue sky’ thinking suggests that, in the pursuit of excellence for the elite, the grassroots will again be side-lined. The harsh truth that underpins dinghy racing today is that the purist side of the sport, centred on a fewer number of boats, creating one design racing, has long gone, leaving the grassroots firmly rooted in the handicap scene. Rather than denigrate this, it should be embraced in the same way as other progressive events in life have changed society as a whole. There is a very wise old saying that suggests, « that any sin that cannot be cured should be instead declared a virtue », which is a pretty good description of how the handicap system should now be viewed. It means that if we are going to re-energise the sport, getting more boats back out sailing will inevitably mean even more races run under the handicap system ».

plerinEn 2015 donc, comme il est dit dans cet article, nous autres skiffeurs, nous continuerons d’être des pécheurs, nous n’en serons que plus vertueux.

CF

Commentaires

commentaire(s)

Articles similaires