Naviguer dans la Brise en RS700

Quelques évidences mais le bon sens est une valeur en perdition.

Au national 2006 d’Eastbourne , Paul Bayliss, champion national et européen en skiff à de nombreuses reprises, a partagé son approche de la navigation dans la brise en RS700 pour démystifier ce qui peut être perçu comme la chose la plus difficile en skiff, particulièrement en solitaire.

Comportement et approche

  • Soyez confiant, vous devez avoir le contrôle du bateau et pas l’inverse
  • Soyez agressif, c’est un gros bateau puissant qui a besoin d’être maintenu dans les rafales
  • Donnez-vous plus de temps et d’espace pour effectuer les manœuvres. Enlevez-vous la pression, soyez détendu.
  • N’expérimentez pas de nouvelles techniques quand vous régatez, vous devez naviguer de la même façon que pendant les entraînements. Ce conseil s’applique à toutes les conditions de vent.
  • N’abandonnez pas –  Les autres aussi luttent dans des conditions dures, et ils peuvent dessaler ou casser à tout moment.
  • Poussez la limite de votre condition – si vous sortez par 20 nœuds, dans 15 nœuds ça sera du gâteau. Si vous survivez à 25 nœuds, naviguez dans 20 nœuds sera simple.
  • Amusez vous et restez positif – on fait ça pour le fun !
  • Soyez sur de vous entraîner encore et encore

Réglage du bateau et préparation

  • Dans 15 nœuds ou plus, ajoutez un peu de quête. Un ou deux trous de plus sur les cadènes est un réglage adéquat. Prenez aussi plus de tension dans l’étai pour compenser l’importante flexion du mat qui apparaît dans ces conditions.
  • Inclinez la dérive vers l’arrière pour garder le bateau équilibré. Cela rend aussi plus facile les virements.
  • Prenez encore plus de hale-bas que ce vous puissiez imaginer pour les remontés au vent. Faire une marque pour pouvoir retrouver rapidement le réglage
  • Avec beaucoup de hale-bas  il est normal d’avoir les haubans mous de temps en temps quand vous êtes au près. S’il y a trop de mou vous devez reprendre de la tension à l’étai.
  • […]
  • Lubrifiez tout ce qui bouge. C’est important à cause des fortes charges impliquées.
  • Gardez le bateau bien entretenu, la casse survient plus souvent lors des sorties ventées et les conséquences sont plus graves.

Régate

  • Faites les manœuvres à fond. Si vous êtes trop prudent et peureux cela crée en général plus de problème que cela en évite.
  • Mettez le spi ! Cela rend le bateau plus stable même en survie au trapèze.
  • Ne sur bordez pas la GV au portant
  • Ne vous Préoccupez pas des autres bateaux et concentrez-vous pour rendre le bateau rapide.
  • Affalez le spi tôt et en sécurité pour éviter les problèmes à la marque sous le vent. Naviguez au trapèze avec seulement la GV  vers la marque ne vous fait pas perdre trop de distance dans ces conditions.
  • Si vous dépassez la bouée sous le vent, n’ayez pas peur de virer plutôt que d’abattre et d’empanner. Vous perdrez un peu de temps mais vous éviterez un gros risque lors de la manœuvre
  • Au près, gardez toujours un maximum de vitesse, abattez pour prendre de la vitesse avant d’essayer de faire du cap. N’essayez pas d’aller tout droit.
  • Evitez de traverser des vagues au portant – pour ça essayez de :

o       les évitez en changeant de trajectoire
o       ralentir le bateau en abattant
o       enlevez de la puissance dans le spi en le laissant fasseyer un peu ou le sur bordant…

  • Choquez le cunningham et le hale-bas avant d’arriver à la bouée au vent, mais pas trop sinon vous dessalerez. Faites des marques sur les bouts pour savoir de combien le lâcher.
  • Empannez vite ! Vous avez probablement 20 sec pour revenir dans la bateau avant qu’il ralentisse. Un empannage à basse vitesse sera mouillé ! Vérifiez que vous avez choqué la GV avant d’empanner, et dans des conditions sévères, concentrez-vous sur l’empannage vous rangerez le bazar pus tard

Bon vent

Ian Nolan et Paul Bayliss
Traduction, Laurent Paris

Commentaires

commentaire(s)

Articles similaires